Accueil / Services / Intelligence économique

Intelligence économique


Chaque jour des millions de données sont produites. Dans un monde interconnecté et où les choses vont extrêmement vite, il n'est plus possible de faire un point sur les tendances et évolutions du marché une fois par an. Il faut être à l'écoute et bien informé en permanence pour ne pas se laisser distancer par un concurrent.

Dans les métiers du numérique, les analystes, chefs de projets et managers ont l'habitude de s'appuyer sur une masse de données plus où moins importante. Ils consultent des études de marché et sélectionnent des indicateurs clés de performance (KPI) pour prendre des décisions éclairées et conduire des actions parfois innovantes.

Je suis évidemment ammené à faire de même mais, convaincu de l'avantage concurrentiel de l'intelligence économique, je souhaite aller plus loin en produisant moi-même de la donnée qualifié et en la partageant au travers de l'intelligence collective.

Pour ce qui est de mes formations en rapport avec l'intelligence économique :

  • Je suis diplômé du Master 2 en Web management, Marketing digital et Médias sociaux reconnu par l'État et inscrit au RNCP de Sup de Pub Bordeaux.
  • J'ai obtenu la certification du parcours avancé du MOOC Gestion de Projet de Centrale Lille, gage d'une validation approfondie.
  • Je suis certifié par les Universités de Bordeaux et Lyon sur l'intégrité et l'éthique dans la recherche scientifique. Les études scientifiques sont une source inépuisable de données qualifiées.

Je suis capable de traiter une masse importante de données et de la mettre en forme. J'approfondis mes compétences en développement web avec de la data en expérimentant avec les langages Javascript et Python et les frameworks Vue et React. J'ai des notions en statistique et mathématiques.

Sur cette page je donne ma vision de l'intelligence économique et comment la data et l'intelligence artificielle peuvent révolutionner les usages au quotidien et dans des contextes de production. Je ne fais pas de publicité pour IBM, Google, Microsoft et consorts.

Sommaire




Du Big Data au Smart Data


Collecter des montagnes de données est une chose, les utiliser à son avantage en est une autre. Il y a tout un travail de réflexion à avoir en amont avec les différents métiers pour définir leurs besoins en matière de data.

Il s'agira ensuite de faire de la curation pour collecter des données et de faire des croisements pour rendre la donnée "propre"

Retour au sommaire



Signaux faibles, signaux forts


Le métier de veilleur stratégique consiste notamment à anticiper l'emergence de certaines tendances au travers de ce que l'on appelle les signaux faibles et forts. Un signal équivaut à un mouvement, quelque chose qui bouge. Il y a autant de signaux possibles que de cas existants.

Ces signaux envoyés au marché, qu'ils soient positifs ou négatifs, peuvent se présenter de plusieurs manières :
  • un grand groupe rachetant une startup (dans son domaine ou non) ;
  • un renforcement des investissements dans un secteur ;
  • une concurrence accrue, l'entrée importante de nouveaux acteurs ;
  • un mouvement de personnel, un expert quittant une entreprise pour une autre ;
  • un rapport d'activité, les comptes de résultats d'une entreprise ;
  • un changement dans la législation ;
  • le dépôt d'une marque, d'un brevet ou d'un nom de domaine ;
  • le développement ou l'adoption d'une nouvelle technologie ;

Les cas de figure sont nombreux, multiples et touchent plusieurs métiers et domaines d'activité. L'analyse PESTEL est un bon parallèle de cette pluridisciplinarité avec ses différentes composantes : Politique, Économie, Social, Technologie, Environnement et Législation.

Dans tous les cas, il est essentiel de recouper l'information, de la vérifier afin de ne pas extrapoler sur la santé d'un concurrent ou ses investissements afin de ne pas prendre de décisions fondées sur de mauvaises pistes.

Je mène une veille active tous les jours. J'ai mes méthodes et mes sources. Ensemble nous pouvons faire un point sur vos bonnes pratiques de veille afin de dégager des informations utiles au développement de votre organisation.

Retour au sommaire



L'intelligence artificielle en renfort


Il ne faut pas voir l'intelligence artificielle uniquement comme un moyen de voler des emplois. Dans certains métiers, notamment créatifs, elle peut être une alliée de poids pour effectuer des tâches rébarbatives et récurrentes qui ne sont pas porteuses de valeur ajoutée. Cependant elle ne pourra jamais remplacer l'ingéniosité humaine.

Mettre en place une intelligence artificielle se reposant sur du machine learning se travaille en amont, non seulemement avec des professionnels de la donnée (Data Scientists, etc.) mais aussi de façon approfondie avec tous les métiers d'une organisation.

L'intelligence artificielle doit s'adapter aux besoins métiers et non l'inverse. Elle doit agir comme une extension de nous-mêmes et apporter des éléments complémentaires utiles à notre travail sans que cela ne requiert un investissement chronophage au point d'en devenir une corvée.

Publicis, l'un des plus grands groupes de publicité au monde travaille sur sa propre application interne de partage des connaissances : Marcel. L'objectif est de permettre aux salariés de chaque entité du groupe d'accéder à des informations qualitatives pertinentes pour leurs travaux.

L'application se repose sur les technologies de Microsoft en matière d'intelligence artificielle. Son interface est conçue par les agences du groupe et elle intègre la base de données créative "The Work" des Cannes Lions (sorte de Festival de Cannes pour les créatifs) qui comprend plus de 200 000 créations.

L'application accuse pas mal de retard dans son développement et le scepticisme grandit en interne, entre ceux qui estiment n'en avoir l'utilité, d'autres qui pensent leur pouvoir menacé et enfin ceux qui ne veulent pas faire évoluer leurs méthodes de travail. Toutes les entreprises rencontrent ce genre de problèmes, les grandes organisations en particulier de par leur diversité.

Tout changement est accueilli avec un certain degré de réticence voire résistance. Au-delà des enjeux de formation et d'adoption de l'application et de sensibilisation autour de la data, c'est bien la curiosité qu'il faut développer. Des cas concrets de bénéfices accumulés sur le terrain peuvent largement contribuer à l'adoption.

L'intelligence artificielle ne me fait pas peur. J'y vois au contraire une formidable opportunité de consacrer plus de temps à ce qui fait ma valeur ajoutée. Certaines tâches du numérique peuvent bien être automatisées, je m'adapterai comme je l'ai toujours fait. Les robots ne pourront jamais égaler l'infinie créativité dont est capable le cerveau, la plus formidable des machines.

Retour au sommaire



L'intelligence collective : véritable accélérateur


Et si vos données pouvaient être utiles à d'autres métiers de l'entreprise ? L'intelligence collective consiste à mettre en commun les connaissances des individus d'une organisation afin de générer de nouvelles richesses.

Les moyens pour partager des données ne manquent pas : de la simple lettre d'information interne, au réseau social d'entreprise et à la messagerie dédiée (Slack, Teams, etc.) en passant par une solution de business intelligence (BI) complète facilitant le partage de tableaux de bords, schémas et autres représentations visuelles.

Il s'agira ensuite de mettre en place une culture d'entreprise favorisant le partage des connaissances car ce n'est pas parce que les outils sont en place que les gens vont spontannément les utiliser. L'exemple doit venir d'en haut, c'est une évidence, mais tout le monde peut susciter de l'intérêt pour le partage.

Un référenceur par exemple ne peut pas faire son travail convenablement si son employeur ou client refuse de partager les bonnes informations stratégiques avec lui, notamment sur sa vision d'entreprise et ses objectifs. Le référenceur doit pouvoir également travailler conjointement avec plusieurs services d'une même organisation.

Choisir de se positionner sur des mots-clés spécifiques fait partie de la stratégie globale d'une entreprise. Optimiser une page produit se rapproche davantage du marketing. Rédiger du texte optimisé relève de la communication d'une organisation et de l'image quelle souhaite projeter. Vous comprendrez aisément pourquoi le référenceur a besoin de certaines informations de différents métiers pour bien faire son travail.

Retour au sommaire



Page en cours de construction

Texte


Texte

Retour au sommaire