Accueil / À propos / Présentation

Présentation


Cette page est dédiée à ma présentation, mon état d'esprit. J'y présente qui je suis, ce que je fais, la façon dont je vois les choses et envisage de futures opportunités.

Certains diront que j'en fais des tonnes ou que je dévoile trop ma personnalité. Je pense au contraire que c'est le meilleur gage de confiance possible qu'un professionnel puisse apporter. Avec moi il n'y a pas de faux-semblants. Les choses sont claires. Le contrat est tacite.

Sommaire



Mon métier


Je suis un expert des technologies du numérique à la fois doté d'un solide bagage théorique et de compétences techniques de haut niveau selon les disciplines. Lorsque j'explore un domaine d'activité, je vais vraiment au fond des choses.

Bien qu'étant considéré comme un profil très spécialisé, je ne me suis jamais limité à un seul métier du numérique. Je peux aussi bien mener à bien des missions de référencement naturel que de développement web en passant par la stratégie marketing ou le droit lié au web. Je me considère comme un profil vraiment complet capable de combler les lacunes d'un projet.

Partisan de la pensée systémique qui implique que nous sommes les composantes d'un système en constante évolution et dont les éléments sont interdépendants, j'ai toujours considéré que se limiter à une petite partie de ce que le numérique a à offrir était un non sens, d'où ma polyvalence.

Cela peut paraitre prétentieux au yeux de certains mais j'ai besoin d'être stimulé intellectuellement. Je ne conçois pas ma vie sans étude d'un point de vue méthodologique via l'acquisition de nouveaux savoirs et de dépassement de soi. C'est aussi pour cela que je m'intéresse à autant de choses.

Retour au sommaire



Un contrat entre professionnels


Je suis convaincu qu'il est impossible de faire de l'excellent travail si l'on a pas toutes les cartes en main ou que des informations stratégiques nous sont cachées.

Lorsque j'intègre une entreprise, j'apporte une vision et des savoirs complémentaires. J'attends en retour de la transparence : pas forcément tous les chiffres (je n'ai pas besoin de connaîtres les salaires ou les dividendes) mais de l'honnêteté sur les ressources mobilisables.

Pour avancer dans la bonne direction encore faut-il savoir où l'on va. Si la vision de l'entreprise n'est pas claire, comment voulez-vous que ses parties prenantes bâtissent quelque chose de concret, planifient des projets utiles au développement de l'organisation ?

On récolte ce que l'on sème. C'est la même chose pour le partage d'informations. Si vous n'êtes pas assez clair, les résultats ne seront pas à la hauteur des attentes qui ne seront pas les mêmes pour tous.

Retour au sommaire



Mes valeurs


Issu de la classe moyenne, j'ai été bien éduqué par mes parents qui m'ont inculqué de bonnes valeurs. C'est sur ces bonnes bases que je me suis construit, au grès de mes découvertes, expériences et déceptions.

Au fil des années je me suis fixé la ligne de conduite suivante :
  • Respecter les gens : ne pas porter de jugements hâtifs, ne pas se laisser influer par des biais cognitifs, s'en tenir aux faits et seulement aux faits ;
  • Rester humble en toutes circonstances : être dans une logique d'apprentissage en permanence, se remettre en question, recevoir la critique et avancer ;
  • Ne pas se compromettre : rester fidèle à ses valeurs, respecter les règles d'éthique élémentaires, ne pas s'attribuer le travail d'autrui, ne pas se laisser corrompre ;
  • Être intraitable : savoir dire "non" (mais pas en permanence), ne pas se laisser marcher sur les pieds, ne pas se laisser influencer par des individus mal intentionnés, rejeter l'injustice et la bêtise délibérée ;
  • Désamorcer les situations conflictuelles, dans la mesure du possible, avant quelles ne deviennent malsaines.

La perfection n'existe pas. J'ai mes défauts mais essaie, dans la mesure du possible, d'être quelqu'un de bien. Je cherche avant tout à m'entourer de personnes positives, compétentes et intègres capables de me tirer vers le haut.

J'écarte d'office les personnalités négatives et perverses avec lesquelles je n'ai pas de temps à perdre. Jusqu'à preuve du contraire, le monde du travail n'est pas un hôpital psychiatrique.

De nature obstinée, je ne baisse pas les bras facilement. Quoi qu'il arrive, je m'assure de toujours tenir mes engagements et mener mes missions à bien (tant que le marché est équitable). Le monde peut s'écrouler, mon équipe faillir, mais j'irai jusqu'au bout et porterai le poids d'un projet tout seul s'il le faut. Ce ne sera pas la première fois.

Retour au sommaire



La France, ma patrie


Je suis né à Bordeaux. Mon pays d'origine est la France, patrie de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Je suis conscient de la chance immense de vivre dans un pays en paix et où les libertés de parole et de pensée ne dépendent pas d'un régime dictatorial.

Pour moi, être français ne dépend pas d'une origine ou d'un milieu social quelconque. Être français est un état d'esprit. Dans l'imaginaire collectif mondial, être français c'est :
  • Défendre les valeurs de liberté individuelles et de conscience à travers le monde tout en imposant pas ses coûtumes.
  • Avoir des droits mais aussi des devoirs : être un citoyen responsable, venant en aide aux plus vulnérables en concourant à la solidarité nationale (l'éducation, la santé) tout en apportant sa contribution à la société par le travail, la création de richesses et l'impôt.
  • S'inspirer des Lumières (Montesquieu, Lavoisier, Voltaire, Diderot...) en faisant passer la logique et la raison avant les idéologies et l'obscurantisme. C'est se fier à la connaissance et à la science plutôt qu'aux doctrines. Cela n'empêche pas pour autant de croire en un être supérieur.
  • Accepter l'histoire de France (ou de son pays d'origine), celle d'un Empire millénaire avec ses victoires et ses jours sombres, ses régimes et ses révolutions tout en étant critique à son égard pour ne pas reproduire les erreurs du passé. C'est aussi continuer à avancer pour le meilleur plutôt que d'être dans la repentance perpétuelle.
  • Promouvoir les plaisirs de la bonne chère, des arts de la table, de la gastronomie et du terroir.
  • Promouvoir un certain rafinement (le "Luxe à la française"), des savoir-faire ancestraux, une ingéniosité, le romantisme.
  • Défendre l'accès à la culture et aux arts et contribuer à la conservation du patrimoine culturel, environnemental et historique. Cela veut aussi dire respecter les biens publics qui appartiennent à tous les citoyens : ne pas casser, cracher ou jeter de papiers et cigarettes par terre ou abandonner des chewing-gun un peu partout. Nous ne sommes pas des sauvages.

Comme vous pouvez le constater, j'aime mon pays et je n'ai pas honte de le dire. Le monde entier nous envie : pour notre art de vivre, notre liberté d'expression et nos prestations sociales qui contribuent à ne laisser personne sur le carreau.

Retour au sommaire


Mon rapport à l'expatriation


Si l'on m'offrait la possibilité de m'expatrier dans un pays étranger, ce serait plutôt dans un pays occidental où les valeurs sont sensiblement les mêmes que celles de la France, tant que ce n'est pas un paradis fiscal comme l'Irlande ou le Luxembourg. Je suis davantage attiré par le Canada et la Nouvelle-Zélande ou les pays nordiques tels que la Suède, le Danemark ou l'Islande.

Je suis plus mitigé vis à vis de pays comme le Japon et la Corée du Sud qui ont une culture passionnante mais dont les habitants entretiennent une relation perverse et malsaine (d'un point de vue occidental) dans leur rapport au travail, à la famille et aux relations sentimentales. Sans compter le racisme ambiant envers les étrangers.

Je ne me vois pas travailler dans des pays ou régions du monde dont les habitants et/ou dirigeants n'ont pas la même culture en termes d'égalité et de respect des droits humains, notamment en Afrique, en Chine et au Moyen-Orient. Je ne souhaite pas contribuer à l'enrichissement de régimes corrompus.

Je laisse ces territoires à ceux que cela intéresse. Je respecte ceux dont les convictions sont suffisamment grandes pour y faire des affaires mais ce n'est pas mon état d'esprit. Je ne me vois pas faire du dumping social et exploiter la misère humaine pour faire du profit.

Après tout, il y a de la place pour tout le monde. Nous vivons dans un monde interconnecté où (malheureusement) nos économies sont interdépendantes les unes des autres. Tant mieux si certains y trouvent leur compte. Ces interdépendances ont le mérite de préserver la paix mondiale.

Retour au sommaire